Carte Postale

Publicités

Des nouvelles d’Espagne

Samedi, 6h  du matin, tous les partants au stage étaient au rendez-vous, au siège du club. Le temps de charger les vélos et bagages, le départ se faisait à  6h45’.

A peine  un petit quart d’heure de bouchon (cause départ des vacanciers de la deuxième semaine) mais tout le reste fluide. Un peu de neige sur les hauteurs de l’Aubrac, mais rien sur la route. Bref ! à  17h00 nous étions sur place.

Neige à la pause déjeuner

A l’arrivée, soleil et une température de 12°, mais Comme il y a deux ans,  beaucoup de vent. Celui-ci s’est  d’ailleurs  encore renforcé dans la nuit…

Dimanche matin, beau soleil mais aussi, vent de tempête. Pourtant, tout le monde avait répondu présent pour cette première sortie d’une soixantaine de Kms, prévue tranquille.

Dès le départ on s’est vite aperçu que ça allait être  moins facile que prévu. Il fallait rester très concentré sur son pilotage, surtout quand le vent soufflait en travers, et qui plus est, en bourrasque.  C’est peu dire qu’il n’était pas toujours évident de garder sa ligne, et même difficile parfois, de rester sur la route.

Le vent souffle de la droite, et parfois, pas facile de garder sa ligne

Pour donner une idée de la force du vent ; en pleine face, sur le plat, la vitesse frisait à peine avec un 17 km/h, tandis qu’avec le vent dans le dos, pas de problème pour attendre les 60 km/h, presque sans effort. Bref ! Une sortie, disons… sportive !

D’ailleurs, malgré la vigilance de chacun, sur une bourrasque en travers, Geoffroy s’est vu jouer les Armstrong, en allant rouler  une cinquantaine de mètre dans un champ, poussé par le vent, et jouant les acrobates pour rester sur son vélo.  Deux autres furent poussés sur la berne, mais ne sont pas tombés. Par contre,  Ludovic, fut projeté au sol, sa roue avant ayant été fauchée par la même bourrasque. Cet incident l’obligea a monter dans la voiture, à cause d’une douleur à un genou, suite au choc. Heureusement, plus de peur que de mal, et l’après-midi, tout le monde était sur le vélo.

Au programme, le col  de « Sant père de Rodes », et la montée de Cadaquès. Heureusement, le vent était moins fort que le matin et la route plus abritée. Imaginons les montées avec le même vent de face que le matin…

prêt pour le départ de la sortie de 5h00
C’est parti pour 170 kms (mais ils ne le savent pas encore ! 😉

Voilà ! c’était une première petite ‘’carte postale’’ d’Espagne

Publicités